La vie… puis la mort (1)

Il n’avait pas trois mois mais il passait déjà ces journées dehors. Et il était là lorsqu’on rentrait du travail. On n’avait pas encore réussi à lui trouver une famille d’adoption, mais plus les jours passaient, plus on se réjouissait de l’adopter définitivement. Il s’était assagi avec le temps, il ne grimpait plus au canapé, ne faisait plus ses griffes sur le tapis, avait cessé de massacrer les chaises de la cuisine et faisait ses besoins dehors. Un amour de chaton.

Mais un soir, pepet n’est pas remonté du jardin, alors je suis descendu le chercher. J’ai appelé, fais une fois le tour de la maison… lorsqu’un mauvais pressentiment m’envahit. J’ai été directement voir sur la route, il était là, à côté de flaques de sang.

Hier soir, on m’a exposé une méthode sur « comment apprendre aux chats à se méfier des voitures » :

  • Matériel nécessaire : 3 personnes, une voiture, une laisse, un balai.
  • Marche à suivre : la personne n°1 attache le chat à une laisse et le tiens. La personne n°2 se positionne aux côtés de la personne n°1 avec le balai, prête à asséner un coup au chat. La personne n°3, au volant de la voiture, exécute un freinage d’urgence devant le chat. Il est important de bien faire crisser les pneus, de ne pas écraser le chat et de ne pas lâcher la laisse. Simultanément aux crissements de pneus, la personne n°2 frappe le chat avec le balai.

J’ai quelques doutes sur la méthode, peut-on vraiment apprendre à ne pas être au mauvais endroit au mauvais moment ? Faut-il pour autant ne pas s’attacher  aux chats et ainsi, ne rien risquer de perdre ?

Mon tout premier chat s’appelait coca, disparu ou avaler par un renard, puis il y a eu chocky disparu puis revenu, marguerite dont on a du se séparer lors du retour de chocky. Après, la disparition définitive de chocky, j’ai fait une pause dans mon attachement aux chats et je n’ai pas fait de cas de chanel et de micha et leur mort tragique m’a laissée de marbre : chanel a fini ses jours sous la voiture de mon père qui rentrait tard et qui n’a pas vu ce chat noir et nous avons retrouvé micha au pied du prunier, sans vie.  Après j’ai donné sa chance à piou-piou, mais il ne m’a pas suivie lors de mon déménagement et il a préféré rester chez mes parents.

Depuis, malgré toutes ces expériences négatives, j’ai repris des chats : ludzi, mort écrasé, cooly, mort empoisonné, mitzy, disparue, mademoiselle, on a dû la piquer, et le-dit pepet, écraser également.

Heureusement, on a toujours luna… fidèle, elle nous accompagne chaque jour du pas de la porte à la gamelle… Et les soirs d’hiver, elle ronronne sur nos genoux…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s